IMG_3752 ar.jpg

Bienvenue sur La Fille qui Pétille! J'ai créé un blogue sur les bulles pour partager ma passion et mes découvertes. Champagne, crémants, cava, prosecco et autres appellations effervescentes de ce monde, y compris le cidre, y sont à l'honneur. Bonne visite!


Être festif même en début de semaine

Boire des bulles n'importe quand, même un lundi? Oui mais… 

Justement, OUI!

Vous aimez les bulles, on se comprend. Au lieu de prendre un verre de vin avec le repas ou à l’apéro, vous sentez parfois l'envie de vous chatouiller le palais avec un peu d’effervescence, mais des considérations pratico-rationnelles vous en empêchent. Il y a des solutions.

 

« Une bouteille c’est trop. Je vais perdre les bulles si je ne la bois pas au complet. »

Voici quelques options à envisager (excluant bien sûr l'abus!).

 

Les petits formats.

Je sais, il y a beaucoup moins de possibilités qu'avec le classique 750 ml. Mais si vous êtes en solo ou en duo et que vous voulez une coupe chacun comme préambule au repas, une bouteille de 200ml (appelée aussi le quart - comme dans l'avion!) sera parfaite. Le choix est cependant assez limité.

Plus commun, vous trouverez quelques maisons qui font des demi-bouteilles (375 ml), une dimension idéale pour deux personnes. Vous aurez deux coupes chaque, ou si vous avez la main généreuse et les verres en conséquence, une belle piscine mousseuse par personne. C'est également un format facile à trimbaler pour un pique-nique improvisé au parc ou une petite escapade à la plage.

 

Quand le contenant change le contenu - ou la petite parenthèse scientifique du jour!

En préparant cet article j'ai épluché les possibilités sur le site de la SAQ et j'ai fait la découverte suivante. Les cuvées des petits formats ont plus de grammes de sucre par litre que les mêmes cuvées embouteillées en format 750ml. Toutes bulles confondues, champagnes y compris.

J'ai donc téléphoné au service à la clientèle de la SAQ pour vérifier si c'était une erreur ou un fait réel et quelle en était la cause. La dame à qui j'ai parlé ne le savait pas, elle est allée vérifier avec le laboratoire, voici la réponse. La différence existe parce que la deuxième fermentation (la naissance de l'effervescence appelée prise de mousse) se fait en bouteille.

Donc la différence de taille du contenant influe sur le taux de sucre résiduel. Mentionnons que la règlementation en Champagne exige que la demi-bouteille jusqu'au jéroboam (3L) soient vendus dans le flacon dans lequel il a été élaboré (pas de transvasage). Les quarts étant donc exclus.

N'étant pas scientifique (ce n'est pas non plus l'objet de cet article) je n'irai pas plus loin dans le sujet, mais je dois vous avouer que ça a piqué ma curiosité et que ça fera probablement l'objet d'un article futur. Pour clore le sujet, j'ai par la suite comparé le taux de sucre d'une même cuvée format 750ml avec un magnum (1,5L). Ça vient confirmer, à même cuvée, plus la bouteille est grosse et moins il y a de grammes de sucre par litre.

 

Format 200ml - Mini, mini!

  • PROSECCO - Carpene Malvolti Conegliano Valdobbiadene (5,65$). Selon mes goûts, c’est le seul mousseux qui soit digne d’intérêt dans ce format (si on exclut les champagnes). Je trouve les autres trop bonbon. Celui-ci est donc facile à trouver, simple dans le goût, il me semble cependant moins pétillant que son équivalent en 750 ml. Peut-être à cause de son bouchon (un fameux "twist cap"). Il est disponible dans 114 succursales du Québec et 36 de la métropole.
  • CHAMPAGNE - Pommery Pop (15,95$), Pommery Pop Rosé (18,05$). Vous avez sûrement déjà remarqué cette jolie petite bouteille bleue (maintenant aussi offerte en rose). Si vous avez envie de champagne à petite dose c'est le format tout indiqué. Je l'ai goûté il y a déjà un petit moment et j'ai été agréablement surprise. Charmeur, légèrement vineux. Aujourd'hui disponible dans 298 succursales du Québec et 81 de la métropole, on peut presque dire qu’on le trouve partout. Je n'ai jamais goûté au rosé cependant. Vous le trouverez dans 47 succursales du Québec et 12 à Montréal. 

 

Format 375ml - Les demi-mesures.

  • CAVA - Le Clasico Seco de la maison Codorniu (7,75$). Une belle effervescence, tout en fruit, simple, idéal pour un apéro rafraîchissant. (Pour ceux qui ont un petit budget pour pétiller pleine mesure - 750 ml à 13,90$ - c'est selon moi le meilleur des moins chers effervescents disponibles en SAQ. Je parle ici de la cuvée Clasico Brut).
  • PROSECCO - Nino Franco Brut (11,75$). Si vous voulez quelque chose de plus sec et floral, c'est celui que je vous conseille. C'est un prosecco du Valdobbiadene, une commune dans la région de la Vénétie (nord-est de l'Italie). Je l'ai goûté pour la première fois tout récemment. Au nez je l'ai trouvé d'abord un peu pointu et sec en bouche, voire légèrement acide, puis après quelques minutes l'aération lui a donné plus de rondeur et a révélé un nez floral et en bouche un fruité délicat.
  • CHAMPAGNE - Je n'ai pas goûté de demi-bouteilles. Quelques champagnes de coopératives et grandes maisons sont relativement faciles à trouver. À partir de 24,95$ (la coopérative Champagne G. Gruet et Fils) jusqu'à 49,25$ (Bollinger Spécial Cuvée Brut). 

Certains me diront "Pour moins que ça ou au même prix je peux boire un très bon mousseux format 750 ou un champagne de vigneron!" Je sais. Ça dépend de ce que vos papilles ont envie et de votre portefeuille. Ce qui m’amène à une autre option, une option sans compromis, ma préférée :-)

 

Le bouchon spécial pour les vins qui pétillent.

Crédit photo: Julie Carpentier

Oui, ça existe et oui, ça fonctionne. Les bouchons avec pompe qu’on utilise pour le vin tranquille ne sont pas adaptés à cause de l’effervescence qu’on veut justement conserver.

J’ai déjà ouvert une bouteille de champagne seule, par folie assumée, en sachant que mon bouchon allait devenir mon complice. Certains mousseux vont parfois en offrir un en cadeau avec l’achat d’une de leurs bouteilles, sinon vous pourrez vous en procurer un dans une boutique spécialisée d’articles de cuisine / bar (entre 5,99$ et 10,95$ plus taxes). En général ils sont faits d'acier inoxydable et de caoutchouc.

Certains produits conservent leurs bulles plus longtemps que d’autres, je vous encourage à expérimenter. La quantité de liquide restant dans la bouteille influence aussi la performance de votre bouchon. Moins il y a de liquide, donc plus il y a d'oxygène, moins longtemps perdure l'effervescence initiale.

Crédit photo : Julie Carpentier

Dans le cas d’un champagne dégusté sur plusieurs jours, je dois avouer l’avoir autant apprécié lorsque les bulles avaient diminué en intensité (la dernière journée). Le vin respire, vous pourrez donc avoir d’agréables surprises et découvrir de nouveaux arômes! Certains vignerons indépendants recommandent même de boire leur champagne 24hrs après l'ouverture. Justement pour lui donner la chance de respirer, pour laisser le temps à certains arômes de s'exprimer. Il faut se rappeler que le champagne et les autres vins mousseux sont des vins tranquilles avant de pétiller.

 

« Recycler » comme si c’était un vin tranquille.

Quand je dis recycler, j’entends consommer autrement. Personnellement, s’il s’agit d’un champagne ou d'un crémant exceptionnel par exemple, je n’arriverai pas à le faire. J’aurais l’impression de manquer de respect envers le produit et envers le travail de ceux qui l'ont élaboré avec soin. Voire de commettre un crime (œnologiquement parlant bien sûr).

S’il vous en reste un peu ou que vous voulez faire descendre la bouteille plus vite et rester dans une consommation modérée, vous pouvez vous en servir pour déglacer. Je le fais régulièrement pour sublimer une poêlée de champignons sauvages, ou justement, pour donner du « oumf » à une poêlée de champignons composée de spécimens un peu plus banals!

Je le redis, avant de devenir pétillant, un vin mousseux est d’abord un vin tranquille blanc. Idéalement vous utiliserez un produit relativement sec. Vous pouvez vérifier le nombre de grammes de sucre par litre sur sa fiche SAQ dans l'onglet "Infos détaillées" ---> TAUX DE SUCRE. En même temps tout est une question de goût, expérimentez et vous verrez ce qui vous plaît ou pas.

 

Coquetail milady?

Soyez créatifs! Voici deux idées simples.

Dans un spritz. Il n’y a pas qu’une recette! Si votre prosecco a perdu de sa bulle vous y ajouterez un peu d’eau pétillante neutre, de l’Aperol (ou Campari), glaçons, un quartier d’orange et voilà. Si vous voulez faire comme à Venise ajoutez-y une grosse olive verte bien juteuse. Salute!

Pour allonger une sangria, utilisez ce qu'il vous reste de votre cava de la veille. Sangria blanca, pourquoi pas! J'élabore toujours les miennes avec ce que j’ai sous la main (restes de vin, fruits frais ou même congelés) et c’est toujours bon. Free style! Et toujours unique et surprenant, pour moi et les autres aussi. Mais il faut la faire au moins la veille pour que les fruits aient le temps de macérer, là réside le secret.

 

Finalement... Assumez votre démesure!

L’appel des bulles est trop fort. Mettons... il y avait une promotion flamboyante à la SAQ (et 5000 points boni!!), il fait merveilleusement beau, vous avez le cœur à la fête pour aucune raison et vous avez acheté votre crémant préféré, ou ce champagne faaabuleux dont vous avez entendu parler. C’est ça l’occasion et vous aimeriez partager. Organisez un apéro ou souper impromptu! Parfois les invitations de dernière minute fonctionnent et ça fait des moments inoubliables.

Mais si ça ne fonctionne pas, vous aurez au moins une personne exceptionnelle qui se délectera de ce vin effervescent, VOUS!


Histoire d'une double rencontre