IMG_3752 ar.jpg

Bienvenue sur La Fille qui Pétille! J'ai créé un blogue sur les bulles pour partager ma passion et mes découvertes. Champagne, crémants, cava, prosecco et autres appellations effervescentes de ce monde, y compris le cidre, y sont à l'honneur. Bonne visite!


Plaidoyer en faveur de l'oenotourisme

Je voyage, donc je bois.

Clos de l'Abbaye - Champagne Doyard. Crédit photo : Julie Carpentier

Vous êtes passionné de vins de Bourgogne, de porto, ou de champagne? Dans ce cas, vous avez probablement, tout comme moi, déjà fait un voyage où l’oenotourisme occupait une part importante des activités au programme.

Ou peut-être avez-vous visité un vignoble lors de votre séjour en Toscane, ou une rhumerie à Cuba. Mais c'est également possible que vous n'ayez pas envisagé cette option.

 

Ne soyons pas trop puristes.

Bien que dans cet article je fais principalement référence à l'oenotourisme en Champagne, car c'est celui que j'ai eu la chance d'expérimenter, je n'emploie pas ce terme au sens strict, c’est-à-dire la visite exclusive de vignobles (où on peut y élaborer différents types de vins, dont les effervescents). J’inclus également la possibilité de découvrir l’univers du cidre, de la bière et des divers spiritueux, selon vos préférences et le choix de votre destination.

Saviez-vous qu'au Pérou, on fabrique des bières à fermentation spontanée, héritage de la civilisation inca? J'ai lu un article fascinant à ce sujet, dans le magazine Exquis (numéro 25, Printemps 2018 - Par Martin Thibault et David Lévesque Gendron). À lire absolument si vous avez envie d'aller vous promener dans ce coin de pays!

 

Un milieu en pleine effervescence.

Depuis quelques années, l’oenotourisme est un secteur du tourisme en pleine expansion. Les producteurs sont donc de plus en plus préparés à recevoir des visiteurs et ce, un peu partout dans les différents vignobles du monde.

La Napa Valley, en Californie, est une des premières régions à avoir reconnu ce potentiel et investi dans cette voie.

 

Où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir!

Ne soyez pas intimidé. Pas besoin de tout connaître pour pousser les portes d’un domaine dont vous aimez le vin, ou dont vous êtes curieux.

Par expérience cependant, je dois avouer que si vous avez une petite base, vous apprécierez encore plus votre visite. Lisez un peu sur le sujet avant de boucler vos valises. Ou pourquoi pas en attendant votre vol à l'aéroport, au lieu de tuer le temps de quelque façon triviale (du style errer dans le rayon des parfums).

 

Le plaisir d’apprendre.

Prenons le champagne par exemple. Son élaboration comporte de nombreuses étapes, dont certaines sont plus complexes. Si vous avez déjà été en contact avec ces informations (même si vous n’avez pas tout compris), le fait de les réentendre et de les voir en action vous permettra une meilleure compréhension.

 

Planifier son voyage –  Ou le plaisir par anticipation.

Faire quelques recherches avant votre départ vous demandera du temps, mais ce sera définitivement un bon investissement. Et on peut dire que c'est vraiment là que débute l'excitation du voyage!

Les visites de caves ou de domaines doivent être planifiées. Une réservation est presque toujours requise. Il est simple de le faire sur internet, via le site même de la maison ou du producteur. Je vous conseille de le faire le plus tôt possible, surtout s’il s’agit de la haute saison.

Il existe également certains sites webs qui répertorient ce genre d'excursion, où vous pouvez déjà trouver toutes les infos et acheter un forfait qui vous assurera d’avoir une place.

 

Ce qu'en disent les autres...

Sur quelques-uns de ces sites, les visiteurs, dont certains n'en sont pas à leur première escapade oenotouristique, ont la possibilité de noter et de commenter leur expérience. Ces éléments peuvent vous aider à choisir un lieu plutôt qu’un autre (pour plus de commentaires, voir sur TripAdvisor et Google).

En fouillant la toile pour préparer cet article, j'ai découvert de nouveaux sites et ça ma donné envie de fouiner et de repartir à l'aventure, ahah!

Voici une liste pour vous accompagner dans vos préparatifs, ou pour vous mettre en appétit :

 

Sortir des sentiers battus – Merci aux blogueurs passionnés!

Sur le web on peut aussi trouver de petits bijoux. Les blogues de voyage, ou ceux écrits par des locaux, regorgent de suggestions moins conventionnelles à prendre en considération.

 

Qui de mieux placé pour vous conseiller sur Reims qu’un rémois?

En préparant mon voyage en Champagne, je suis tombée sur le site Les Bonnes Adresses Rémoises, où j’y ai déniché plusieurs pistes et recommandations qui m’ont été fort utiles. Pour les restos entre autres, mais également pour les visites de caves.

Toute une section du site est consacrée au champagne. Il vaut faudra probablement plus qu’un voyage pour tout faire!

 

Les grandes maisons de champagne.

Cuverie - Champagne Lanson - Crédit photo : Julie Carpentier

Certaines n’ouvrent pas leurs portes au public, mais les autres sont habituées à recevoir une certaine quantité de touristes. Toutes ne sont pas équivalentes. Les prix varient également.

Posez-vous quelques questions pour déterminer ce qui est le plus important pour vous et faire votre sélection. Le nom de la maison? Vous voulez voir des crayères? Les compétences du guide? Le nombre de cuvées dégustées? Etc.

 

À Rome, on fait comme les romains.

Voyager, c’est le plaisir de découvrir et d’être dépaysé, c’est une rencontre. Faire connaissance avec un lieu et avec ceux qui l'habitent.

Manger et boire comme eux, s’imprégner de leur art de vivre. D'où l'intérêt d'aller à la rencontre de l'homme qui accompagne la terre et sa vigne, qui façonne avec ses mains et toute son inspiration le vin que vous aimez tant partager en bonne compagnie.

 

Visite chez un vigneron – Une rencontre privilégiée.

Avec David Bourdaire - Champagne Bourdaire-Gallois. Crédit photo: Éléonore T-Fournier.

Si j’avais UN conseil à vous donner, il serait le suivant : allez chez un vigneron. Ce sera lui, ou sa femme qui est parfois aussi vigneronne, ou un autre membre de la famille qui vous fera découvrir l’histoire de la maison, ses vignes et comment ils les traitent. Parfois vous aurez accès aux caves et à une partie des installations. Le tour du propriétaire, quoi!

Et vous dégusterez ses vins en sa compagnie. La rencontre est toujours enrichissante, instructive et conviviale. Lorsqu’on apprend à connaître les gens qui élaborent un vin et la façon dont ils travaillent, on l’apprécie encore plus.

Les vignerons que j'ai eu la chance de rencontrer sont des gens travaillants, passionnés, accueillants et chaleureux. Et d’une grande générosité.

Si vous osez leur demander, ils se feront un plaisir de vous donner leurs bonnes adresses du coin (restos ou autres). Parfois il y a même un gîte ou un restaurant au vignoble.

 

Dégustation chez Champagne Tarlant. Crédit photo : Julie Carpentier

L’homme qui fait chanter sa terre et ses vignes - Ou l'homme aux multiples talents.

Pour le commun des mortels (surtout ceux habitant en milieu urbain), la tournée d’un vignoble génère son lot d'images bucoliques, mais rappellez-vous. La personne à qui vous rendrez visite s’occupe des vignes à l’année longue, des équipements, sans oublier l’élaboration du vin et sa commercialisation. Le vigneron indépendant fait tout.

Il est donc impératif de réserver, par respect pour son précieux temps.

S'il existe déjà une structure pour accueillir les visiteurs, vous trouverez des informations à ce sujet sur le site web de la maison (parcours prévu, tarif, plages horaires, réservations). Si rien n’est mentionné, vous pouvez lui écrire via « Contact » pour vérifier si c'est une possibilité.

De nombreux vignerons indépendants se feront un plaisir de vous recevoir. Si le tour est gratuit, prévoyez faire un achat à la propriété, c’est plus élégant. Et ça vous fera un beau trésor à ramener dans vos bagages :-)

 

Le voyage est un état d'esprit - Dans un vignoble près de chez vous.

Pas besoin de changer de pays pour faire de l’oenotourisme. Au Canada, il y a des vignobles un peu partout, de l'Ouest jusqu'aux Maritimes. Dans les circuits populaires, mentionnons la vallée de l’Okanagan (Colombie-Britannique), la vallée du Niagara (Ontario) et pour les gens du Québec, la route des vins Brome-Missisquoi.

Dimanche le 29 juillet dernier, je suis d'ailleurs allée dans les Cantons-de-l'Est avec des amis, visiter un vignoble qui a choisi de se consacrer exclusivement aux vins effervescents. Ce sera le sujet de mon prochain article - dans Quoi Boire!


Le terroir québécois en pleine effervescence

Histoire d'une double rencontre